definition du travailleur isolé tous les salariés peuvent être concernés

Définition travailleur isolé, un sujet qui vous concerne !

Le saviez-vous ? Le Code du Travail ne propose pas de définition juridique de la notion de travailleur isolé. Pourtant, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) indique dans sa recommandation n°416 :

« Le travail est considéré comme isolé lorsque le travailleur est hors de portée de vue ou de voix d’autres personnes et sans possibilité de recours extérieur et que le travail présente un caractère dangereux ».

Mais comment savoir si vos employés sont considérés « travailleurs isolés » ?

Dans cet article, retrouvez ce qu’il faut retenir de la définition travailleur isolé. Quels sont les métiers visés par le travail isolé ? Mais aussi quel est le rôle et les obligations de l’employeur ?

Apprenez ensuite à repérer les situations d’isolement. Puis évaluez les risques liés à votre activité ! Finalement découvrez comment mettre en place votre procédure d’alerte de d’organisation

I. Travailleur isolé, tous les métiers sont visés !

Définition du travailleur isolé

Vous devez retenir que dès lors qu’un travailleur effectue seul une tâche, on parle de travailleur isolé. C’est d’autant vrai dans un environnement de travail où il ne peut être vu ou entendu par d’autres.

Un groupe de personnes isolées de leur structure d’appartenance est considéré comme « travailleur isolé ». Son isolement résulte d’une distanciation géographique par exemple ou encore de l’absence de moyens de communications groupe – structure.

Vous comprenez alors que les travailleurs isolés sont bien plus nombreux qu’il n’y paraît !

Travail isolé et secteurs d’activités

Les salariés concernés par le travail isolé ne sont pas uniquement ceux évoluant dans un secteur de travaux dangereux.

La définition travailleur isolé vous évoque d’emblée les chantiers et métiers du BTP / construction, d’autres secteurs sont visés. Pourtant, les secteurs de l’entretien, du dépannage, du gardiennage, de l’hôtellerie…peuvent être concernés. Et ce même de façon ponctuelle !

D’ailleurs, la multiplication du télétravail pose de nouveaux enjeux de sécurité. Or, le Code du travail impose à l’employeur de prendre les mesures nécessaires quel que soit le secteur d’activité ! Son rôle est d’assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.

II. Évaluer les risques, un véritable enjeu pour l’employeur !

1/ Repérer les situations d’isolement

Votre employeur a l’obligation d’identifier dans les missions de ses salariés les situations d’isolement et les risques qui en résultent. Il peut s’agir d’isolement prolongé ou ponctuel, habituel ou fortuit selon la définition travailleur isolé.

En effet, selon l’article L4121-1 « L’employeur a l’obligation de mettre en place une démarche de prévention dans l’entreprise »>>.

Cette dernière doit permettre :

« d’assurer la santé et la sécurité des salariés, comprenant des actions de prévention des risques professionnels, d’information et de formation, ainsi que la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés ».

2/ Recenser les risques liés à votre activité

Un document unique de sécurité (DUS) doit alors être réalisé >> afin de centraliser tous les risques recensés dans l’environnement de travail et d’y répondre par des moyens d’actions.

Saviez-vous que le risque peut prendre des formes variées selon la définition travailleur isolé ?

En effet, le risque peut être médical. Certaines personnes présentent des pathologies qui les rendent plus sensibles au risque d’isolement.

De plus, le risque peut encore être psychologique ! La situation d’isolement peut être un facteur aggravant de stress et déclencher chez certains des réactions non maitrisées et un enchainement mauvaises procédures.

Plus prévisible dans certains secteurs d’activité, le risque peut être lié à la violence externe (agression).

Notez que le risque peut aussi être tout simplement lié à l’accident. Et dans ce cas, la situation d’isolement, privant le travailleur d’un secours immédiat, augmente la probabilité d’accident grave. Vous trouverez plus d’informations sur les risques d’accidents du travail dans l’article suivant >>.

Concernant le cas particulier des employés en télétravail, notez qu’ils sont soumis à des risques en propre. Vous trouverez des articles sur ce sujet sur http://www.pti.fr

III. Mettre en place des procédures d’alerte et d’organisation

Lorsque le risque est identifié, votre employeur a l’obligation légale de fournir au travailleur isolé les ressources appropriées. Ainsi vous pourrez signaler toute situation de détresse et être secouru dans les meilleurs délais. Définition travailleur isolé – article R4543-19 du Code du travail.

La mise en place d’une procédure d’alerte et d’organisation des secours est donc indispensable !

Cependant, sachez qu’anticiper pour éviter les situations de travail isolé ne suffit pas. Il vous faut prévoir des solutions techniques adaptées tels que des équipements de protection individuelles EPI fiables.

Vous pouvez notamment opter pour la mise en place d’un Dispositif d’Alarme pour Travailleur Isolé (DATI). La gamme de DATI développée par Neovigie >> par exemple permet un fonctionnement très simple. Il fonctionne d’une simple pression sur son bouton d’alarme et peut également se déclencher automatique en cas de chute. Il émet alors un appel d’urgence. Une fois cet appel identifié, l’opérateur situe la personne émettrice grâce à la géolocalisation. Il peut alors lui parler et évaluer la nécessité d’une intervention des secouristes. Il prévient également les personnes désignées selon le protocole d’organisation des secours établi en amont.

La combinaison de toutes ces fonctionnalités assure des délais plus courts d’intervention. Lesquels sont indispensables à une meilleure prise en charge par définition travailleur isolé en situation de danger.

Share this post

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire